Les alpages

Un pastoralisme ancestral. Un espace naturel où le troupeau est roi.

vaches transhumance

L’alpage, un vaste espace naturel qui se situe à l’étage supérieur de nos versants, entre 1 500 et 2 500 m d’altitude. Altitude élevée, pentes souvent abruptes, climat rude, éloignement sont autant de contraintes que l’homme a su transformer en atouts par un système agro-pastoral qui perdure depuis le 14e siècle. Ainsi, le « Fruit commun », structure aujourd’hui transformée en Groupement pastoral, n’a rien perdu de sa vocation initiale : - rassembler les troupeaux des différentes exploitations en un seul grand troupeau pouvant compter jusqu’à 200 vaches laitières; - confier celui-ci à une équipe de montagnards, bergers, fromagers; - libérer les exploitants pour la récolte des fourrages pour l’hiver; - assurer un revenu à chacun par le partage du résultat dégagé de ce «Fruit commun».

L’alpage, c’est aussi une flore abondante et diversifiée qui permet non seulement de nourrir le troupeau -libérant ainsi les surfaces de moyenne altitude réservées à la fauche - mais aussi de produire ce fromage à l’arôme exceptionnel : le Beaufort.

C’est enfin une équipe : les exploitants, gérants de l’alpage, confient le troupeau aux bergers et fromagers qui doivent, tout au long de la saison, assurer la traite, l’exploitation rationnelle de l’alpage, la fabrication du Beaufort et surtout veiller au bien-être du troupeau face aux aléas climatiques. Cette « communauté » va vivre au rythme de l’alpage, du mois de juin avec la transhumance des troupeaux de la vallée vers les hauteurs, appelée « emmontagnée » - c’est la fête de la montée, au son des clarines - jusqu’à la « démontagnée », 100 jours plus tard.

vaches route vaches ferme vaches prairie vaches prairie
prairie fleurs prairie fleur fleurs